Éliane Miasuekamakiese, Directrice Générale de Canal+ RDC
Éliane MIASUEKAMAKIESE: C’est de notoriété publique que la France n’est plus le marché de croissance pour Canal+ simplement parce qu’effectivement les droits sportifs coutent de plus en plus cher et la plupart ont été rachetés par BEIN Sport et donc maintenant le marché de croissance pour le groupe Canal+ est bel et bien l’international et l’Afrique en particulier.

A l’occasion de la Semaine Française de Kinshasa, Mining & Business Magazine a rencontré Éliane Miasuekamakiese, Directrice Générale de Canal+ RDC.

M&B : Pouvez-vous vous présenter, et nous expliquer quel est votre background ?

Éliane MIASUEKAMAKIESE : Je m’appelle Éliane Miasuekamakiese, je suis originaire de la RDC et depuis février 2016, je suis Directrice générale de Canal+ en RDC. Mon parcours est simple : j’ai un diplôme d’ingénieur commercial, obtenu en Belgique à l’Université de Mons. Après cela, j’ai fait un MBA version néerlandophone, j’ai donc fait mes études en Anglais à ce moment-là.  Je suis revenu en RDC en 2003 et là j’ai commencé à travailler dans une société maritime. J’ai gravi tous les échelons en commençant comme contrôleur de gestion, puis assistante du directeur financier, puis directeur financier pour la RDC. Ensuite, j’ai été directeur financier pour les deux Congo. Après huit ans de carrière chez Maersk, j’ai été approché par le groupe Canal+. J’ai rejoint ce groupe en 2012 où j’ai commencé au poste de directeur financier. Depuis un an maintenant, j’ai repris la direction générale de Canal+.

M&B : Les observateurs ont noté que Canal+ a perdu des abonnées en France, mais se rattrape sur l’Afrique. Pourriez-vous nous expliquer pourquoi?

Éliane MIASUEKAMAKIESE:  C’est de notoriété publique que la France n’est plus le marché de croissance pour Canal+ simplement parce qu’effectivement les droits sportifs coutent de plus en plus cher et la plupart ont été rachetés par BEIN Sport et donc maintenant le marché de croissance pour le groupe Canal+ est bel et bien l’international et l’Afrique en particulier.
Aujourd’hui en Afrique, Canal+ est présent dans tous les pays francophones avec plus de 2 millions d’abonnés et la RDC contribue à cette part dans le secteur. Oui, c’est bien l’Afrique Francophone qui compte à présent.

M&B : Où en êtes-vous sur la diffusion en haute définition qui existe depuis un moment en Afrique de l’Ouest et qui existe chez votre concurrent et partenaire (DSTV) en Afrique Australe.

Éliane MIASUEKAMAKIESE  La haute définition, c’est un décodeur qui est en cours de fabrication et qui va être mis sur le marché assez rapidement. La première phase était d’avoir un satellite qui pouvait couvrir une grande zone de l’Afrique Australe et ça, c’est possible depuis juillet 2012. Par exemple pour la RDC avant cette date, on ne couvrait que la ville de Kinshasa et depuis juillet 2012 on a pu couvrir toute la RDC. Et dans la deuxième étape, nos abonnés, notamment nos abonnées haut de gamme demandent de plus en plus des décodeurs HD et tout est mis en œuvre pour répondre à cette demande le plus rapidement possible.

M&B : Quel résultat attendez-vous d’un évènement comme la semaine française de Kinshasa ?

Éliane MIASUEKAMAKIESE  En tant que société française, on ne peut que soutenir la Chambre, soutenir toutes les activités qui mettent en avant toutes les sociétés françaises. C’est une plateforme pour nous, pour mettre en avant les produits que nous proposons à nos abonnées. Il ne faut pas oublier que depuis deux ou trois ans Canal+ en Afrique a pris aussi une direction pour africaniser même le contenu. On a une chaine dédiée Africaine qui s’appelle A+ où l’on met en avant les programmes africains de toute l’Afrique, que ce soit l’Afrique de l’Ouest ou l’Afrique Centrale. Nous pouvons dire à nos abonnés : « Oui c’est vrai que Canal+ est une société française, mais on vous écoute et voici tout ce que vous pouvez voir ». Nous mettons en avant des contenus qui sont africanisés comme des solutions de vidéos à la demande Iroko+ ou comme My Canal. C’est l’occasion justement pour nous de présenter tout cela à notre public.

VOTRE REACTION?

Facebook Conversations



Disqus Conversations