Entretien avec l’Ambassadeur de France en Zambie
Emmanuel Cohet : La France entretient de très bonnes relations avec la Zambie depuis son indépendance en 1964. La présence économique française y est, aujourd’hui, en expansion.

À L’occasion de son numéro spécial sur la Copperbelt et de la présence économique de la France dans la région, son Excellence Emmanuel Cohet ambassadeur de France en Zambie a accordé un entretien à Mining and Business Magazine.Mining & Business : Monsieur l’Ambassadeur pouvez-vous nous présenter la présence économique Française en Zambie ?

Emmanuel Cohet : La France entretient de très bonnes relations avec la Zambie depuis son indépendance en 1964. La présence économique française y est, aujourd’hui, en expansion. Près d’une quarantaine d’entreprises françaises sont actives aujourd’hui dans les infrastructures, les énergies renouvelables, la logistique, l’agriculture, les services et la TIC. L’Agence Française de Développement (AFD) intervient en Zambie depuis 2006 dans les transports, énergie, assainissement et l’appui au secteur privé.

M&B : Quels sont les atouts et les faiblesses des sociétés françaises en Zambie ?

EC : Par leur présence durable, leurs investissements, l’apport de technologies et d’innovations, la création d’emplois, la formation de cadres et personnels zambiens, elles contribuent au développement du pays. Plusieurs contrats dans les infrastructures ou énergies renouvelables ont été remportés par des entreprises françaises récemment. Dans ce pays stable et en croissance, à la population jeune et qui cherche à diversifier son économie et à attirer des investissements étrangers, notre présence économique a un potentiel de développement réel. Le commerce bilatéral est encore limité mais de nouveaux secteurs pourront être explorés bientôt tels que les biens de consommation, les services financiers ou le tourisme.

M&B : Que pourrait faire la France pour améliorer ses performances dans cette région du monde ?

EC : La France a une présence économique qui augmente dans cette région. L’intérêt des entreprises françaises et européennes pour l’Afrique est fort et grandissant. Nous dialoguons avec ces entreprises. Nous devons rechercher  les voies et moyens d’accélérer la création de partenariats entre entreprises françaises avec les entreprises et acteurs économiques africains, de travailler ensemble à la promotion d’un développement  durable par des actions innovantes et qualitatives ainsi que d’approfondir les partenariats existants. Tel est le message des pays du G20 pour un Compact for Africa en faveur des investissements en Afrique  (communiqué G20Finances de Baden Baden).

VOTRE REACTION?

Facebook Conversations



Disqus Conversations