Jean Michel Garrouteigt, DG d’Orange RDC
JMG : Le marché congolais est un marché très difficile pour tous les opérateurs. Si Orange a mis beaucoup de temps pour y accéder, c’est parce que ce n’était pas facile.

À l’occasion de la 4e édition de la Semaine Française de Kinshasa en RDC, Mining and Business Magazine donne la parole au directeur général de ORANGE RDC.

Mining & Business : Bonjour Monsieur, pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre carrière chez Orange ?

Jean Michel Garrouteigt : Je suis Directeur général d’Orange RDC depuis 3 ans. Auparavant, j’étais Directeur général d’une filiale d’Orange en République Dominicaine. Je suis dans le groupe depuis une quinzaine d’années. J’ai toujours été dans le domaine des télécommunications, mais pas toujours chez Orange. J’ai passé une belle partie de ma carrière sur le continent africain comme administrateur de certaines de nos filiales. Avant de prendre cette direction générale, j’ai travaillé dans la distribution et le marketing.

M&B : Comment Orange est arrivé en RDC ?

JMG : Orange est arrivé en RDC fin 2011, ayant racheté une société qui s’appelait Congo Chine Télécom (CCT), une joint-venture entre l’État Congolais et un équipementier Chinois. Sous la direction de Stéphane Richard, le groupe Orange a voulu s’implanter en RDC. C’était une volonté stratégique car le Congo est le plus grand pays francophone. Après plusieurs tentatives qui n’ont pas abouti, nous avons réussi, à la fois parce que l’État Congolais était désireux de céder cette activité et parce que les négociations entre Orange et les Chinois
ont abouti par le rachat de la société CCT. C’était un équipementier et non un opérateur télécom. De plus, la société n’était pas en très bon état. Il y avait un développement, mais pas dans tout le pays. Il y a donc eu un gros travail de remise en état du réseau de cette société et le changement de nom n’a alors eu lieu qu’ en 2012. La marque Orange est arrivée dans le pays et on a commencé à distribuer dans toutes les provinces du pays. Nous étions les troisièmes ex aequo avec Tigo de ce marché, derrière Vodacom et Airtel.
En cinq ans, le groupe a investi un milliard de dollars dans la société, à la fois pour développer notre réseau et pour remettre aux normes Orange la qualité de service rendue au client. En 2015, on a atteint 5 millions d’abonnés. Un cap important pour nous et Orange RDC est devenu un opérateur important. Plus tard, la société qui gérait Tigo souhaitait vendre et le Groupe a décidé d’investir et de racheter Tigo. L’opération de rachat a commencé en avril et la fusion s’est faite assez rapidement. Car les deux sociétés ont des cultures assez proches. Aujourd’hui, on est deuxième avec 9 millions d’abonnés derrière Vodacom.

M&B : Vous êtes au courant de la mise en vente de Airtel ? Est-ce que cela changera quelque chose pour Orange ?

JMG : Le marché congolais est un marché très difficile pour tous les opérateurs. Si Orange a mis beaucoup de temps pour y accéder, c’est parce que ce n’était pas facile.

M&B : À propos des infrastructures, quelle est votre politique par rapport aux BTS (les pylônes NDLR) ?

JMG : On a une approche assez pragmatique. Il se trouve que lorsqu’on l’a racheté, Tigo avait confié toutes ses tours à une société spécialisée. Donc en fusionnant, on a bénéficié des tours qui appartenaient à Tigo et on en a racheté quelques-unes à la société spécialisée. L’enjeu est maintenant de voir avec cette Tower Cie et les autres opérateurs comment rationaliser le nombre d’antennes sur un même lieu pour des raisons écologiques. Orange a déjà commencé à y travailler en partenariat avec un autre opérateur

M&B : Quelles sont vos perspectives d’avenir par rapport à la DATA. Pouvez-vous nous parler de la fibre optique, de la 4G ?

JMG : Généralement, le grand public voit les opérateurs mobiles uniquement comme des acteurs du secteur de la téléphonie mobile. Nous fournissons aussi des accès à Internet, sur les smartphones, bien sûr, mais aussi à la maison, via des box ainsi que la fourniture de bandes passantes dédiées pour les Entreprises. Le développement d’internet est très important chez Orange. On a une croissance de plus de 20% chaque année depuis 2014 sur cette activité.
Aujourd’hui, on enregistre une vraie percée de l’activité internet dans le pays, ce qui est une bonne nouvelle. Elle est surtout influencée par les jeunes, mais aussi par les familles qui utilisent des box et, bien entendu, par les entreprises. À ce sujet, on a aussi une grosse activité internet en fournissant aux entreprises des solutions assez complexes. Elles ont besoin de connexions sécurisées et on a plusieurs solutions pour ça. C’est le cas pour les banques qui doivent gérer à distance leurs distributeurs (DAB). L’année dernière, on a doublé notre revenu sur l’activité des entreprises, à la fois des toutes petites entreprises, des PME et des grands comptes grandes. Nous avons lancé aussi une activité qui s’appelle Orange Money, qui est une activité de mobile banking. Seulement 4 à 10% de la population sont bancarisés. Le mobile banking permet de payer ses factures via le téléphone, voir même de recevoir son salaire, de renouveler son abonnement, de payer ses employés, d’épargner de l’argent. Lorsque nous avons racheté Tigo, c’était le numéro 1 sur cette activité avec 3 millions de clients. Lorsqu’on a créé la fusion, Orange est devenu le numéro 1 sur cette activité avec Orange Money. Le groupe ORANGE ayant également d’autres savoirs faire technologiques sur le continent africain, nous pourrons fournir des
solutions dans le domaine de la télévision, de la santé et de l’agriculture

M&B : Quels sont les challenges d’Orange pour l’avenir ?

JMG : Avant la 4G, la grande priorité d’Orange sera de continuer la croissance de l’activité au service des entreprises. Le mobile banking est aussi une activité stratégique très importante. Un autre challenge est un grand plan de développement dans le Rural afin d’équiper toutes les populations .Je ne veux pas vous parler de la 4G parce qu’il y a deux conditions nécessaires pour qu’on puisse la lancer. La licence délivrée par le Régulateur est un préalable ainsi que la mise à disposition des fréquences. À l’heure actuelle, il n’y a pas de fréquences mises à disposition pour la 4G, mais Orange a une solution technologique qui nous permet de fournir des accès très Haut Débit qui fait la satisfaction de nos clients.

M&B : Qu’est-ce que vous attendez de la semaine française ?

JMG : Orange fait partie de la Chambre de Commerce Franco-Congolaise. C’est une initiative de la Chambre, donc Orange doit participer à cet évènement. Ce sera la troisième fois. C’est une occasion de mieux nous connaître, nous entrepreneurs. Et il y aura des interventions intéressantes. Une entreprise française doit y participer et des experts du Groupe vont venir pour présenter nos solutions innovantes.

VOTRE REACTION?

Facebook Conversations



Disqus Conversations