in

3 questions à Nicole L. Smith

L’iPAD DRC a démarré en 2005, partant de l’idée de promouvoir une mission d’échanges commerciaux et d’investissements internationaux pour la RDC, en vue d’explorer les possibilités, notamment dans les secteurs de l’énergie/l’électricité et minier.

Nicole L. Smith est la directrice des événements – Portefeuille minier chez Spintelligent. Elle a rejoint Spintelligent en tant que productrice de conférence en 2006, et a travaillé depuis sur des projets en RDC. Au cours de ses 9 années chez Spintelligent, non seulement elle a promu la RDC, mais elle a aussi travaillé sur des projets dans d’autres régions d’Afrique ainsi que dans d’autres secteurs, comme ceux des infrastructures et de l’électricité. Elle a dirigé des projets à Madagascar, en Zambie, en Égypte, en Mozambique, au Ghana, au Nigéria, en Tanzanie et au Sénégal, et elle a voyagé dans 17 pays d’Afrique. Nicole a suivi des études dans le journalisme et le marketing, et elle parle le français, qui est sa troisième langue.

Quel est l’objectif principal des événements miniers en RDC (l’iPAD DRC et la Semaine minière du Katanga) et quelle a été la vision initiale ?

L’iPAD DRC a démarré en 2005, partant de l’idée de promouvoir une mission d’échanges commerciaux et d’investissements internationaux pour la RDC, en vue d’explorer les possibilités, notamment dans les secteurs de l’énergie/l’électricité et minier. Ce qui à l’époque était un petit forum, avec la participation d’environ 12 sociétés, s’est développé au fil des ans pour devenir l’un des seuls événements d’investissements internationaux en RDC. Alors que la RDC commençait à se reconstruire, en particulier après les élections de 2006, nous avons découvert que l’évolution du contenu de la conférence était telle que les problèmes et les thèmes liés au secteur minier étaient devenus centraux, et nous avons commencé à évaluer les infrastructures essentielles requises pour soutenir l’industrialisation du secteur. En 2009, alors que la crise financière commençait à s’apaiser, nous avons reçu des commentaires de la part des exploitants miniers et des fournisseurs qui avaient soutenu l’événement à Kinshasa pendant 5 ans, nous exhortant à mettre sur pied un forum similaire à Lubumbashi dans la province du Katanga. Ainsi, après l’iPAD DRC à Kinshasa, nous avons lancé en 2010 le Katanga Mining Briefing – qui a remporté un grand succès et est devenu aujourd’hui la Semaine minière du Katanga, une conférence de 3 jours et un salon en intérieur et en extérieur de 2 jours, avec plus de 60 sociétés exposantes.

Quel est le secret de la réussite de ces événements en RDC, un pays qui peut constituer un environnement très difficile ?

Nous pensons que la réussite des événements que nous avons développés en RDC est double – tout d’abord, cela passe par une équipe qui est passionnée par la RDC, dont au moins la moitié des membres sont des Congolais, et très engagée à faire de ce grand pays une nation qui prospère et bénéficie de ses ressources énormes. Deuxièmement, la réussite des événements passe également par le soutien que nous a apporté le secteur dans son ensemble. Si les principales parties prenantes, à savoir le gouvernement et le ministère des Mines (y compris le cadastre minier, le SAESSCAM, et le CEEC), la Chambre des Mines de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) et toutes les sociétés de prospection et de production minière, n’adhéraient pas à notre vision concernant le potentiel de la plate-forme iPAD pour le secteur minier, les événements que nous avons aujourd’hui n’existeraient pas. Il est évident que toutes les parties prenantes souhaitent non seulement dialoguer et trouver ensemble des solutions qui bénéficient au secteur et au pays, mais qu’elles sont également disposées à s’engager avec les autres, avec leurs pairs et avec les experts du monde entier. L’intérêt que suscite la RDC est soutenu, car ce pays est très prometteur et possède des ressources naturelles. L’iPAD est donc une plate-forme qui permet au gouvernement de diffuser son message aux investisseurs et au secteur privé. Elle constitue également un pont entre le secteur privé et le gouvernement. Pour finir, elle comprend la chaîne logistique et permet donc aux fournisseurs de solutions d’accéder aux responsables des décisions en matière d’achats. En tant qu’organisateurs, le fait d’avoir développé et entretenu d’excellentes relations à travers la chaîne de valeur dans le secteur minier en RDC et avec toutes les parties prenantes nous permet aujourd’hui de bénéficier d’un fonctionnement sans failles. Au cours des premières années de l’événement, il nous a fallu gagner la confiance de tous, mais l’esprit de notre équipe et son travail sans relâche ont été reconnus par le secteur, et nous sommes très reconnaissants du soutien dont tous les acteurs dans le secteur minier en RDC ont fait preuve au fil des ans.

Quel est l’avenir pour les événements ?

Après 10 ans d’organisation de deux événements internationaux –  l’iPAD DRC et la Semaine minière du Katanga – pour la communauté du secteur minier en RDC, nous sommes ravis de passer à la phase suivante de l’évolution de cette institution annuelle et, en 2016, nous proposerons une plate-forme minière unique définitive pour l’ensemble de la RDC : la SEMAINE MINIÈRE DE LA RDC. La Semaine minière de la RDC sera donc un rassemblement annuel rentable destiné aux professionnels du secteur minier en RDC, qui associera les meilleurs éléments des deux événements qui ont été organisés respectivement depuis 10 et 5 ans. La Semaine minière de la RDC proposera une conférence de haut niveau de 2 jours s’adressant aux décideurs des équipes de direction dans le secteur minier, y compris des tables rondes avec les directeurs généraux et des réunions interentreprises pour un réseautage à valeur ajoutée. L’événement comprendra également un salon en intérieur et en extérieur avec des présentations de produits et deux jours d’ateliers techniques. Des visites sur site des activités minières seront également proposées. La Semaine minière de la RDC se déroulera du 8 au 9 juin 2016 à Lubumbashi.

Infos : www.drcminingweek.com

This post was created with our nice and easy submission form. Create your post!

QU'EN PENSEZ-VOUS?

0 points
Upvote Downvote

Par Miningandbusiness

M&B est un magazine made in Congo qui s'annonce comme le magazine de référence en ce qui concerne le monde minier et les affaires en RDC, en Zambie et même en Afrique du Sud. Nous avons réuni des contributeurs prestigieux tels que Didier Julienne du journal “Les Échos”, Maria Malagardis du journal “Libération” ou Cecilia Jasmamie de Mining.com. Des expertises de professionnels, des partenaires comme les chambres des Mines, la FEC ou la chambre de commerce franco-congolaise, apporteront leur pierre à l’édifice. Mining & Business est l’allié des entreprises pour mieux accompagner le développement de l’Afrique en général et du Congo et de la Zambie en particulier. Ce magazine est aussi votre magazine, n’hésitez pas à nous contacter pour nous aider à enrichir son contenu:

[email protected]

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

Entretien avec Pascal Beveraggi, partenaire de Necotrans et Chairman de MCK

3 Questions à Serge Bilambo de Standard Bank