in

Connexion à la fibre optique : un projet mort-né

En RDC, la connexion à la fibre optique a été un fiasco. Des millions de dollars américains y ont été engloutis. La RDC peine à se connecter réellement à la fibre optique.

Les opérateurs de télécoms dénoncent le caractère exorbitant du prix de la capacité sur fibre optique demandé par la Société Commerciale des Postes et Télécoms (SCPT). Celle-ci fournit aux opérateurs l’ infrastructure en fibre optique par laquelle transite le trafic data (dont Internet). Aux dernières nouvelles, le prix exigé par la SCPT est largement supérieur à celui pratiqué par toute l’Afrique subsaharienne. De plus, la fibre optique semble être de si mauvaise qualité que les opérateurs sont obligés de payer, en même temps, une capacité redondante sur satellite pour délivrer leurs services avec le moins d’interruptions possibles. Selon les spécialistes des télécoms, le coût moyen mensuel par kilomètre de fibre optique noire (non allumée) est vingt fois supérieur à celui pratiqué par d’autres pays africains.

La SCPT exige 1.000 USD pour un kilomètre de fibre optique non allumée. Pour la même distance, le Kenya fait payer 50 USD. En Ouganda comme en Afrique du Sud, la fibre optique noire coûte 100 USD le kilomètre. Quant au coût moyen mensuel de la capacité (MRC) par kilomètre de fibre optique allumée, il y a un paradoxe. Pour une distance de 650 km, le prix moyen par kilomètre de la fibre allumée est de 43 USD. Comparé à d’autres pays africains où la fibre optique est de très bonne qualité, la RDC taxe trop cher ses utilisateurs.

En Tanzanie, par exemple, pour une distance supérieure à 760 km, le prix moyen du kilomètre de fibre optique allumée est de 17 USD. En Zambie, la fibre optique allumée pour une distance supérieure à 850 km, coûte 24 USD. Pour une distance de 1420 km, la Namibie fait payer en moyenne 24 USD.  En RDC, le prix du service internet passe de réajustement en réajustement. Certains spécialistes affirment que si les prix de la téléphonie et d’internet restent inchangés, les opérateurs des télécommunications seront en difficulté et certains d’entre eux risquent de fermer.

Source : Le Potentiel

This post was created with our nice and easy submission form. Create your post!

QU'EN PENSEZ-VOUS?

0 points
Upvote Downvote

Par Miningandbusiness

M&B est un magazine made in Congo qui s'annonce comme le magazine de référence en ce qui concerne le monde minier et les affaires en RDC, en Zambie et même en Afrique du Sud. Nous avons réuni des contributeurs prestigieux tels que Didier Julienne du journal “Les Échos”, Maria Malagardis du journal “Libération” ou Cecilia Jasmamie de Mining.com. Des expertises de professionnels, des partenaires comme les chambres des Mines, la FEC ou la chambre de commerce franco-congolaise, apporteront leur pierre à l’édifice. Mining & Business est l’allié des entreprises pour mieux accompagner le développement de l’Afrique en général et du Congo et de la Zambie en particulier. Ce magazine est aussi votre magazine, n’hésitez pas à nous contacter pour nous aider à enrichir son contenu:

[email protected]

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

Perspectives sur les importations et le marché du cuivre de la Chine

AFRICAN MILLING au Katanga