in

LOUIS WATUM, le parcours d’un conquérant.

PCA de Kamoa et Président de la Chambre des Mines, Louis Watum revient sur son parcours hors du commun. Rencontre.

Louis Watum, pourriez-vous nous parler de vos origines ?

Mon père vient de Mahagi en Ituri, nous sommes nilotiques. Il faisait partie des premiers universitaires de notre pays, à l’université d’Élisabethville, en 1960. Il en était même devenu président. Originaire du Kasaï, maman a cependant grandi à Lubumbashi. Elle avait fait ses études secondaires à l’internat de Mbanza Mboma au Bas-Congo, puis était retournée à Lubumbashi (Élisabethville à l’époque) où elle gagnait sa vie comme speakerine à la radio. Elle appartenait à la classe dite des « évolués », et à ce titre elle avait fleuri le roi des Belges lors de son arrivée à Élisabethville.

Ils se sont donc rencontrés à Élisabethville ?

Curieusement, mes parents se sont connus à l’Exposition de Bruxelles. Après leur mariage, mon père a commencé une carrière politique, au cours de laquelle il fut tour à tour Commissaire à la Défense nationale dans le Collège des Commissaires généraux institué au lendemain de l’indépendance de notre pays, Ministre national, et plus tard Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de notre pays. En tant que Commissaire à la Défense nationale de l’époque, il a contribué à doter le pays des premiers aéronefs de combat qui ont formé l’ossature de départ de la Force Aérienne Congolaise. Durant son mandat de Ministre national aux Postes et Télécommunications, il inaugura la Station Terrienne de la Nsele qui a permis de couvrir toute la République en ondes hertziennes.

Il est plus tard tombé en disgrâce. Son procès m’a traumatisé, car on l’a mis en prison pour 20 ans, en confisquant tout ce qu’il possédait. Nationaliste, il ne détenait aucun compte numéroté en Suisse et ce fut vraiment une tragédie pour nous.

Que lui reprochait-on à l’époque ?

On l’accusait d’avoir détourné des timbres en or durant son mandat de ministre des PTT. En réalité, le vrai problème était que lors de délibérations en Conseil des ministres, il avait tenu des propos qui avaient offensé certaines personnes. Celles-ci lui avaient gardé rancune et se sont vengées. Nous sommes rentrés du Tchad où mon père était Ambassadeur et le lendemain on nous a conduits sur la route du Bas- Congo dans une prison dénommée Luzumu. Voir notre père dans cet endroit souterrain, dans de telles conditions, nous a beaucoup choqués.

Quel âge aviez-vous ?

J’avais 11 ans et je ne me rendais pas compte de ce qui se passait. Nous avons dû quitter les établissements privés que nous fréquentions pour nous retrouver dans des écoles publiques. Auparavant, nous vivions dans l’un des quartiers huppés de Kinshasa, et là nous sommes allés à la cité, où il fallait nous adapter. Je suis allé au Collège Boboto, et mes soeurs au Lycée Bosangani. Six ans plus tard, l’innocence de mon père fut reconnue. Il est rentré au village pour se refaire une vie. Il avait tenté de récupérer quelques-uns de ses biens, pour nous léguer quelque chose. Il est finalement mort en menant son combat. Ses soucis n’avaient cessé de détériorer sa santé. Entre temps, j’ai continué mes études, j’ai terminé à l’université de Lubumbashi, ce même alma mater qu’avait également fréquenté mon père.

Étiez-vous bon élève ?

Oui, j’étais un bon élève malgré les chocs que nous avions traversés, car entre-temps, un malheur ne venant pas seul, mes parents s’étaient séparés, ajoutant à mon traumatisme. Je voyais ma mère pleurer secrètement, car elle ne voulait pas qu’on s’en aperçoive et vendre ses quelques biens de valeurs qui lui restaient pour subvenir à nos besoins et payer nos études, tout en restant stoïque. Cela m’a enlevé très tôt l’insouciance généralement liée à la jeunesse, et a mis en moi la volonté de réussir bien qu’étant encore très jeune. J’attendais une bourse pour aller poursuivre mes études universitaires en Belgique, en vain, je me suis résolu à aller à Polytechnique à Lubumbashi où j’ai obtenu un diplôme d’ingénieur avec mention Distinction. Après, le Groupe Unilever m’a recruté au sortir de l’université pour aller travailler à leur usine de Marsavco à Kinshasa, j’y ai travaillé comme savonnier pendant 9 mois, mais ça ne m’intéressait pas beaucoup, contrairement aux mines. Oui, parlez-nous des mines… Quelque temps après, j’ai réussi un test d’embauche à la Gécamines, et ai été engagé en qualité d’ingénieur de production en pyrométallurgie aux usines de Shituru à Likasi, où nous produisions du cuivre wire bar, du cobalt granulé ou cathodique, et un alliage blanc. Le deuxième grand choc de ma vie intervint alors. En 1993, après mes noces, les communautés locales se sont soulevées pour protester contre l’arrivée de Congolais venus d’autres provinces.

Pourriez-vous nous rappeler ce sombrepan de l’histoire de la RDC ?

Ce fut une manipulation des politiciens. Ces derniers cherchaient des boucs émissaires. C’est-à dire dans leurs bouches, tous les non katangais… À les entendre, la Gécamines s’effritait en raison des bénéfices pris à Kinshasa, et distribués ailleurs, les Katangais se retrouvaient laissés-pour-compte. Les populations se sont hélas appropriée cette façon de penser.

Quelques jours plus tard, cette xénophobie a pris une tournure tragique, avec des milliers de familles chassées par leurs voisins, campant à la gare de Likasi à la belle étoile, ayant abandonné le fruit de longues années de carrière, attendant un train hypothétique qui les ramèneraient dans leurs provinces d’origines que la plupart n’avaient jamais connues. Beaucoup en sont morts.

Et pour vous, comment ça s’est passé ?

En tant que Kinois, on pouvait me remarquer facilement. Un matin, je partais au travail avec ma petite voiture, je l’ai garée et je me suis rendu comme d’habitude à la salle des ingénieurs, pour analyser les graphes de production de la veille et les commenter avec mes collègues. À 6 heures et demie, une trentaine d’individus entre et exige ma sortie. Je me retourne vers eux et tente de les raisonner. Tout d’un coup, leur leader s’approche près de moi, les yeux injectés de sang, et me demande de sortir. Devant mon absence de réaction, il brandit un seau d’acide sulfurique concentré en signe de menace. Il ne me restait plus qu’à mettre les mains en l’air, à prendre ma serviette et à vider les lieux. La distance entre la salle des ingénieurs et ma voiture, de 100 mètres, m’a semblé d’une longueur infinie ce jour-là ! Les injures et les insanités pleuvaient dans mon dos, sans compter la crainte de me voir asperger dans le dos par un seau d’acide. Je suis parti, je n’avais pas le choix.

Comment le patron de la Gécamines avait-il réagi ?

L’indifférence totale, le « politiquement correct ». Quelques notables du Katanga que j’ai approchés sont également restés de marbre. La plupart n’osaient pas résister.

Nous venions d’avoir notre premier fils et tous les trois avons quitté Likasi. J’ai laissé ma femme et notre fils dans ma belle famille et j’ai pris un sac à dos et suis monté dans un camion pour aller tenter de me refaire une nouvelle vie en Afrique du Sud. Un de mes ainés qui travaillait à la frontière de Kasumbalesa, me voyant traverser, et ayant appris ce qui m’était arrivé, n’a pas eu de mots. Il a gardé silence, les yeux humides. Les au revoir brefs sont toujours les meilleurs, j’ai repris place à bord du camion et on a continué notre route jusqu’à Lusaka où j’ai pris un vol pour Johannesburg. À mon arrivée à Johannesburg, un ami du pays m’a amené dans un appartement déjà habité par dix kinois.

C’est donc la découverte de Joburg ?

Pour la première fois de ma vie, j’ai connu la faim. C’était un véritable calvaire. Je devais me lever le matin, me rendre en ville à pied. À Johannesburg, devant les quartiers généraux de toutes les grandes entreprises minières, je passais de porte en porte. Mes demandes d’audience auprès des services de recrutement restaient toutes sans suite. Le soir, je rentrais dans l’appartement où les autres occupants avaient déjà mangé, rien n’était mis de côté pour moi. Je mangeais alors une pomme, buvais de l’eau puis allais me coucher pour recommencer le lendemain la recherche de travail. À un moment, j’ai vendu des produits dans un marché aux puces, puis je suis allé m’inscrire à l’université en tant qu’étudiant post graduat en métallurgie extractive. Un professeur polonais m’a choisi comme assistant. Avec ma modique prime, je pouvais payer un petit loyer. Ma femme et notre fils m’ont alors rejoint. Mon studio sans chaises ni table ne contenait qu’un matelas de mousse posé à même le sol. J’achetais le pot de lait de deux litres.

Cela me prenait du temps pour régler à la caisse, car je devais compter les centimes. Heureusement, j’ai fini par être embauché par la multinationale Anglo-American en 1995, comme ingénieur de production dans les charbonnages de Witbank, à environ 140 km à l’est de Johannesburg.

Parlez-nous de cette Afrique du Sud post- Apartheid.

Durant ces années-là, l’Afrique du Sud était encore à prédominance blanche dans la quasi-totalité du secteur minier. À Witbank, ville très conservatrice, nous étions parmi les rares familles noires à y vivre. D’ailleurs, lors d’une des premières séances de travail, mes 7 collègues blancs et moi sommes debout dans la salle de réunion, le Directeur de production entre et serre la main à tous, sauf à moi. Quand je lui fais remarquer gentiment qu’il a omis de me saluer, il rétorque sans émotion « qu’il ne m’a pas vu »… J’étais pourtant le seul noir et je ne suis pas vraiment petit de taille… Cela commençait bien…Deux ans plus tard, ma carrière stagnait. Mes collègues blancs plus jeunes, certains ayant été embauchés après moi, allaient de promotion en promotion. J’ai pris mon courage à deux mains et suis allé demander à mon Directeur ce qui n’allait pas avec moi, afin au moins que je sois conscient de mes insuffisances et puisse y remédier pour enfin prétendre également à une promotion. Sa réponse a été très claird: « Il n’y a pas de problèmes spécifiques  avec toi. Les autres vont de promotion en promotion simplement parce qu’ils sont mieux que toi »…

Au vu de toutes ces déconvenues, loin d’être abattue ma foi chrétienne s’affirma. Ma femme et moi sommes devenus actifs dans une église de réveil et avons commencé à payer la dîme à l’église. Cela nous a, hélas, empêchés de régler d’autres obligations, on n’avait plus d’argent pour l’école de notre fils… Ma femme a parlé avec le pasteur.

Il a salué notre courage et nous a remis des coupons pour acheter de la nourriture dans les supermarchés. Nous attendions avec tous les malheureux et les sans-abris, et nous nous précipitions pour du pain ou un peu de yaourts. En tant qu’ingénieur de polytechnique, fils de ministre et d’ambassadeur, de surcroit Prince Alur nilotique de sang appartenant à une lignée royale, c’était très humiliant. Peu après, mon chef m’a promu, puis, deux mois plus tard, une nouvelle fois avec un changement de catégorie et une voiture de fonction en prime. Cela a davantage augmenté ma foi chrétienne.

Vous travaillez donc dans les charbonnages ?

Oui et mes années d’ingénieur de production dans les charbonnages m’ont ouvert les yeux sur ce qui plus tard deviendra mon leitmotiv : la création de richesses. Je me suis en effet rendu compte qu’alors que le cuivre de notre pays se vendait en 1995 à environ 1 300 $ la tonne, le charbon sud africain qui se vendait dans la même période à seulement 30 $ la tonne avait contribué à la construction d’une ville moderne. Ce même charbon a aussi rendu une classe d’entrepreneurs locaux millionnaires, notamment ceux qui fournissaient les services de maintenance et d’entretien des engins et des bandes convoyeuses. Chez nous au pays par contre le cuivre et le cobalt rendaient les étrangers millionnaires et les nationaux n’en profitaient pas. Cette injustice me taraudait.

Comment évolue votre carrière ?

Vers la fin des années 90, j’ai été convié à un panel de patrons des grandes divisions d’Anglo American (Divisions Platine, Or, Diamant, Charbon, Métaux de Base, etc.).
C’était très intimidant, car on nous faisait asseoir seul devant ce panel de demi-dieux anglo-saxons qui pendant une demi-heure vous posaient toutes sortes de questions pour identifier les talents d’un programme de développement en management et leadership pour assurer la relève dans le futur. Le patron de la Division Recherche et Développement avait été impressionné par ma prestation, il m’a directement approché après la séance d’interview pour me dire qu’il m’offrait un poste d’ingénieur en Recherche appliquée dans sa division basée dans le sud de Johannesburg, tout en me disant que « les gars intelligents et ambitieux comme toi vivent en ville, non pas dans des sites reculés en province ». C’était un aristocrate du British establishment, dans la cinquantaine, célibataire à vie, m’ayant avoué qu’il n’avait jamais connu la misère dans sa famille, parce qu’étant la quatrième génération d’une famille d’assureurs un peu partout dans le monde.

C’est donc cette rencontre qui vous fait rentrer à la division R&D ?

Oui, et j’ai été promu deux ans plus tard Directeur, ayant pu mettre à mon actif deux brevets d’invention en flottation, concepts brevetés en Australie et au Canada. J’airéalisé que je me trouvais à un tournant de ma carrière. Je devais maintenant faire un choix entre continuer en Recherche ou repartir en Production. Si je choisissais de rester en Recherche appliquée, je totaliserais bientôt 5 années de recherche. Au-delà de 5 ans en Recherche, l’étiquette du professeur Tournesol me collerait à la peau. Dans notre monde d’ingénieurs de production, faire de la Recherche pour un temps est très bien, car ça vous apprend à rechercher l’exactitude des faits dans un ensemble complexe et mouvant, qualité indispensable dont on a besoin pour être un bon manager et leader. Mais en faire une carrière vous fait paraitre comme quelqu’un de perdu dans ses équations, et manquant de sens pratique.

Simultanément, la Division Or d’Anglo- American qui venait de se rebaptiser Anglo-Gold projetait de construire une mine au Mali, car ses mines sud-africaines devenaient de plus en plus profondes et posaient de plus en plus de problèmes dus à la sécurité du travail en profondeur, aux revendications syndicales et aux pressions politiques pour corriger les traitements inégaux hérités de l’apartheid. J’ai tout de suite fait part de mon intérêt au patron de la division Afrique. Il était étonné de ma hardiesse, car étant considéré comme un demi-dieu avec un grand secrétariat qui filtrait soigneusement les demandes d’audiences, je suis arrivé sans prévenir ni arranger un rendez-vous et j’ai commencé à tempêter dans son secrétariat suite au refus de ses secrétaires de me laisser le voir sans au préalable remplir toutes les formalités.

Il m’a finalement reçu, et m’a engagé dans la Division Afrique trois semaines après. C’est ainsi que je me suis retrouvé Ingénieur de Projet dans l’implantation d’une mine d’or au Mali. J’ai participé à son étude de faisabilité, sa construction, sa mise en production et l’ai ensuite dirigée comme Directeur de Production puis des Opérations. Vous ne connaissiez personne au Mali.

Comment avez-vous vécu cette expérience ?

Pour ma famille, les années maliennes furent les plus fastes. Mes enfants, 20 ans après, sont restés attachés à leurs compagnons d’alors. Nous gardons tous d’excellents souvenirs de cette période. Ma carrière m’a conduit dans beaucoup de pays africains, je n’ai pas vu un peuple aussi hospitalier que les Maliens. Aujourd’hui, un Malien travaille pour nous à Kamoa, j’ai fait savoir à tous les mes compatriotes congolais présents que je lui suis redevable. Je me sens obligé de m’acquitter de ma dette envers l’accueil et la générosité des siens.

Vous chrétien, vous avez découvert le monde musulman ?

Oui, j’étais un chrétien perdu dans une marée de musulmans. Mes collègues s’appelaient Mohamed, Cissé, Boubacar, Ibrahim ou Abdoulaye. Puis, on m’a présenté un chrétien, Samuel. Je lui ai proposé qu’on se retrouve à l’écart 30 minutes tous les jeudi et vendredi, pour prier et lire la Bible. Il a accepté, et on a ensuite rencontré Dieudonné, un catholique. Je tenais beaucoup à ne pas perdre ma foi chrétienne. Le nombre d’adhérents à mon invitation est vite passé de 3 à 5, puis 10, puis 20…. J’ai alors eu l’idée de construire une petite chapelle, et j’ai demandé aux expatriés de nous aider financièrement. J’ai également puisé dans mes propres fonds, pour acheter unterrain et ériger une chapelle pouvant abriter 100 personnes. Et j’ai commencé à y prêcher…

Ah bon ? Vous Pasteur ?

Non, car c’était dur de concilier cette nouvelle activité avec mon travail à la mine. Nous avons alors engagé un pasteur qui sortait fraichement de l’École Biblique située dans une ville voisine. Nous l’avons installé dans l’intendance avec sa femme et ses enfants.

Quels souvenirs gardez-vous de votre expérience malienne ?

Ce fut une expérience très formatrice. La mine que nous avons construite au Mali n’avait que cinq ans de vie. D’ordinaire, une mine dure 30 ou 50 ans. Si elle ne dure que cinq ans, c’est un privilège pour tout ingénieur qui est associé au projet, car ça permet de participer à toutes les phases du cycle organique du projet, de sa conception à sa fermeture, en passant par les étapes d’exploration, d’études de faisabilité, de consultations avec les communautés, de construction, de mise en production, d’optimisation et enfin de gestion de problèmes environnementaux liés à la fermeture de la mine. Très peu d’ingénieurs ont eu cette expérience transversale qui vous forme et vous permet dès la conception d’un nouveau projet de vous projeter à sa fermeture. Cet atout n’a pas de prix.

Quel était le nom de cette mine ?

Elle se nommait Yatela, et se situait vers la ville de Kayes, une des régions les plus chaudes du monde. Après cette expérience, des Australiens m’ont approché, car ils voulaient construire en RDC, et mon profil les intéressait. J’ai dit : « D’accord ». Cela faisait quinze ans que je n’avais plus mis pied dans mon pays et je me suis rendu compte de sa richesse inouïe. On y trouvait notamment d’incroyables gisements d’or qu’on appelle des gisements « éléphants », car la sonde d’exploration arrive au bout de sa course, mais les échantillons prélevés montrent que la minéralisation continue encore ! Le lendemain de mon arrivée à Doko en 2016, dans le Haut-Uélé, territoire de Watsa. La mine, qui s’appelle aujourd’hui Kibali, y a été construite. J’ai découvert que les enfants allaient à l’école pieds nus. En allant voir l’état des centres de santé de la cité, j’ai trouvé un spectacle révoltant, des mamans qui accouchaient dans des conditions inhumaines dans une misère déconcertante.

À la vue de toute cette pauvreté, je n’ai pas réalisé que des larmes coulaient. Je me disais que j’avais contribué à créer des richesses pour les autres ailleurs pendant 15 ans, pendant que les miens restaient dans cet état-là… Révolté, j’ai alors signé mon contrat en demandant seulement que l’employeur me garantisse son accompagnement dans ce que j’aurais à faire sur le plan communautaire, infrastructurel et technique. Et me permettre d’assurer une bonne scolarité pour mes enfants.

Combien d’habitants avait Durba Doko en 2006 ?

Il y avait moins de 30 000 habitants. 15 ans plus tard, on en compte près d’un demi-million ! J’aime rappeler ce chiffre aux détracteurs du secteur minier en RDC. Une telle poussée démographique signifie indéniablement que la mine d’or de Kibali a créé des richesses, un pôle économique qui fonctionne comme un aimant qui attire les demandeurs d’emploi, les fournisseurs de biens et services. Après Kibali, un nouveau défi m’attend à Kamoa dans le Lualaba et Kipushi dans le Haut Katanga. Être associé en qualité de Président du Conseil d’Administration de Kamoa qui au mois de juillet de cette année entrera en production et deviendra à terme la deuxième plus grande mine de cuivre au monde est un vrai privilège et honneur.

Vous êtes actuellement basé à Kipushi, pourquoi ?

Redonner à la mine de Kipushi sa gloire d’antan en la remettant en production, chose à laquelle nous nous attelons présentement, est également un grand honneur pour moi. Je suis aux commandes de ce projet ayant la plus haute teneur en zinc au monde. Je ne cesserais jamais de reconnaitre le mérite de nos équipes qui travaillent d’arrachepied à la réalisation de ses projets, équipes exceptionnelles composées d’hommes et femmes pour la majorité compatriotes. Des gens ordinaires, mais qui accomplissent des oeuvres extraordinaires dont tout le pays devrait être fier.

De beaux projets certes, mais le Congo stagne toujours, non ?

Si vous parcourez Lubumbashi, Likasi et Kolwezi, vous verrez la misère, certes. On traite fréquemment les miniers de capitalistes, mais l’on omet de rappeler que leur main-d’oeuvre est assez bien rémunérée. Souvent, ces employés locaux possèdent une maison, ou en construisent une. Certains ouvrent aussi de petits commerces, d’autres prennent en charge des orphelins, ou certains membres de leurs familles élargies. Tout cela ne se fait pas aux alentours du projet minier, mais plutôt dans les grandes villes avoisinantes. Leurs enfants étudient dans les grandes villes du pays ou à l’étranger. Chacun de ces travailleurs supporte financièrement parfois jusqu’à 25 personnes directement ou indirectement. Car il n’y a pas que sa famille nucléaire, il y a aussi les orphelins d’un frère défunt ou autre, les oncles et tantes sans ressources financières, il y a également le pharmacien ou la boulangère du coin qui lui vendra à crédit, car il est solvable… Les mines créent donc des richesses, et améliorent les conditions de vie d’un certain nombre de personnes.

Donc, tout va bien dans le meilleur des mondes ?

Ce qui est vrai est que ce n’est pas assez, les mines devraient faire mieux. Je suis tout à fait d’accord, mais un adage de sagesse africaine dit « on ne construit pas un village seul ». Le gouvernement devrait mettre en place des écosystèmes de développement et d’entrepreneuriat à capacité renforcée autour des sites miniers. Dans un espace de 500 hectares par exemple autour de la mine, il devrait faire appel à des concessionnaires et des entrepreneurs à qui il imposerait des standards modernes internationaux en matière de construction et gestion d’infrastructures de santé, d’éducation, d’habitation, d’urbanisation, ainsi que des complexes industriels et commerciaux adaptés au milieu. Ce rêve pourrait se muer en réalité, et les cadres investiraient avec joie autour des mines. Le gouvernement, les opérateurs miniers et la société civile devraient en discuter et implémenter des plans conséquents. Les mines n’ont pas changé, les gisements sont toujours là, mais l’absence de vision et d’anticipation nous pénalise sévèrement.

Et l’agriculture ?

Je constate que certains conseillent au gouvernement de se concentrer davantage sur l’agriculture. Je suis également un fervent croyant de l’agriculture et y ai personnellement investi depuis plus de 10 ans.

Cependant, comment être performants dans ce domaine sans route, sans chemin de fer et sans électricité ?

La réussite d’une agriculture prospère dépend de plusieurs facteurs, notamment l’existence de routes de desserte, d’une banque agricole permettant de mécaniser les sites agricoles, d’une capacité de recherche et développement qui pourra fournir des semences à haut rendement, de politiques de protectionnisme de nos frontières poreuses contre les importations frauduleuses de produits concurrents, de subsides pour soutenir les agriculteurs. À ce jour, nous sommes loin du compte, c’est ainsi qu’avec nos 80 millions de terres arables on ne voit toujours pas de millionnaires émerger en agriculture…

Donc les mines pour financer l’émergence de l’agriculture ?

Partout au monde, les mines ont permis de financer des infrastructures lourdes. Les charbonnages de Mons à Charleroi en Belgique, le bassin houiller de la Ruhr en Allemagne de même que celui de Selby en Angleterre, ou encore plus près de nous le champ aurifère du Witwatersrand en Afrique du Sud, tous ces complexes miniers ont précédé l’agriculture et ont apporté l’infrastructure lourde en routes, chemins de fer, électricité qui ont permis à ces pays de développer leur agriculture. Ne commettons pas l’erreur dans notre pays de mettre la charrue avant les boeufs. D’ailleurs, les derniers développements de cette ère marquée par la lutte contre le réchauffement climatique ont bien démontré que la survie de l’humanité sur cette planète Terre dépend fortement de la disponibilité des « métaux verts », notamment le cuivre, le cobalt, le lithium, le nickel, les 3 T, dont le pays regorge en qualité et en quantité. Nous devrions au contraire voir la revanche du sous-sol sur le sol, car ces métaux s’obtiennent par l’exploitation minière et ne se cultivent pas. Que l’on ne se trompe donc pas de débat !

Depuis votre arrivée à la tête de la chambre des mines, qu’avez-vous fait pour fédérer les différents acteurs ?

Au début de l’année 2020, j’ai trouvé une industrie minière très divisée, la plupart des grandes compagnies minières avaient claqué la porte de la Chambre des Mines. La Covid-19 a en plus fortement affecté nos affaires, chaque opérateur minier se concentrait sur les mesures à prendre pour maintenir ses activités sans mettre ses employés en danger.

Que s’était-il passé ?

Une frange de membres insatisfaits ne se sentait pas écoutée ni défendue. Ils reprochaient à la chambre d’être inféodée à la FEC et trouvaient que la FEC était devenue très politique. Je répondais alors que la contestation devait se faire en interne plutôt qu’en externe. Il valait mieux rester, pour parler des problèmes sereinement, au calme. Certaines entreprises l’ont d’ailleurs compris. Je ne cesse de répéter aux membres de notre industrie que nous sommes tous dans un même navire. S’il coule, nous coulerons tous et personne ne sera épargné, membres ou non de la Chambre des Mines.

Qui a changé d’avis ?

Kamoa Copper, MMG et Tenke Fungurume Mining sont revenus, Kipushi Corporation a également rejoint la Chambre. Barrick et Glencore, bien que restés en dehors de la Chambre, manifestent une grande ouverture et collaborent avec la Chambre des Mines notamment sur toutes les questions sensibles qui affectent l’industrie minière. Nous avons également mis sur pieds un Conseil Consultatif de l’industrie minière qui comprend en son sein plusieurs experts ayant une longue expérience pratique du secteur minier et ses interfaces, pour avoir de la profondeur dans nos débats et formuler des solutions pratiques aux problèmes qui affectent notre industrie.

Vous avez remporté une première bataille, quelle sera votre deuxième ces 12 prochains mois 

Nous nous battrons en particulier pour une règlementation minière transparente, stable et incitative. Le code minier était censé définir ce qu’on paie, et rien que ça. Pourtant, aujourd’hui, de nombreuses autres taxes interfèrent, les entreprises minières font ainsi face à une fiscalité et une parafiscalité punitives qui plombent leur trésorerie.

Quelle vision défendez-vous ?

Nous défendons la vision d’une industrie minière responsable et forte, qui contribue de manière significative à créer des richesses qui sont reparties de manière équitable entre les différentes parties prenantes, notamment les investisseurs, l’État et les communautés riveraines. Nous défendons un modèle économique d’intégration verticale qui met l’accent sur la chaine de transformation locale de nos minerais en produits finis, ainsi qu’une exploitation intégrée de nos ressources minières allant de l’est à l’ouest, et du nord au sud du pays, au travers de divers corridors de développement industriel incluant l’agro-industrie. Cela permettra de remettre nos populations au travail et restaurera une paix durable dans les zones d’insécurité notamment à l’est.

Vous parlez presque comme un politicien… Vous y pensez en vous rasant le matin ?

(Rires) À cause de l’expérience douloureuse de mon père, j’ai fait des études d’ingénieur pour en rester le plus éloigné possible. Je dirige les efforts de remise en production d’une troisième mine dans notre pays et je me rends amèrement compte que les nôtres n’ont pas eu droit à leur part du gâteau. On ne peut pas toujours porter les investisseurs au pilori, en dénonçant leur gourmandise inextinguible. Des ajustements doivent avoir lieu en interne. Un grand nombre de réformes me semblent inévitables. Il faut, en premier lieu, remettre la population au travail, intégrer la femme paysanne dans l’économie formelle, car elle est un maillon important de notre économie, fiscaliserle secteur informel, renforcer les capacités en milieu rural, réformer notre système éducatif pour former des créateurs d’emplois et non des demandeurs d’emploi, éradiquer la corruption, et enfin, seulement enfin décider de ce qu’on veut faire de nos mines. Pour entreprendre ces réformes, il faut être à la manoeuvre. Pour répondre à votre question, si le fait de chercher à être à la manoeuvre pour réformer notre façon de gérer la respublica veut dire faire de la politique, je vous le concède et dirais donc oui à votre question.

Pourriez-vous rappeler à nos lecteurs ce qui vous est arrivé après votre intervention au Makutano ?

La vidéo qui a circulé sur internet a été sortie de son contexte. Ma phrase la plus importante n’apparaît pas. J’invite donc tout le monde à visionner mon discours intégral. J’y exhortais la population entière à éradiquer ce système de corruption généralisée. On peut légitimement se demander où vont tous les trésors de la RDC. On peut accuser les multinationales de tous les maux. Cela dit, l’investisseur tire 40 ou 50 % et l’autre moitié reste dans le pays, normalement.

Pourquoi ne la voit-on pas ?

Je voulais fustiger les égoïstes qui s’enrichissent sur le dos de la majorité. Les inciviques, indifférents à la misère ambiante, m’insupportent.

Que répondez-vous à ceux qui vous traitent de donneur de leçons ?

Ils disent que la corruption implique des corrupteurs… Ils ont tout à fait raison et je vitupère justement contre cette réalité. Tout le système doit changer. Lorsque j’ai pris la tête de la Chambre des mines, j’ai clairement précisé qu’elle n’était pas et ne devrait jamais être un syndicat du crime. Nous n’allons pas cautionner quiconque osant se soustraire aux lois. Nous ne défendrons aucune entreprise versant dans la corruption.

Un dernier mot ?
Pour revenir à la vidéo, j’aimerais dire à mes critiques que nous devons nous allier, derechef, coûte que coûte. Nous devons conjuguer nos forces pour un Congo meilleur, un Congo sans corruption où régnerait une bonne gouvernance. Unissons plutôt nos efforts pour aller vers ce Congo-là. Tout le reste relève de la distraction. Le pays n’en a pas besoin pour avancer.

La RDC réintégrée dans l’AGOA

RICHARD MOUTHUY