Menu
in

La Russie est de retour en Afrique !

Entretien avec Sergey STESHENKO, Directeur général de TZM

Sotchi, Russie, 23-24 octobre 2019 ; 50 présidents africains et 4 Premiers ministres rencontrent Vladimir Poutine. Le message : «Les Russes seront bientôt de retour en Afrique» ; une autre façon de dire que l’établissement d’une coopération économique stratégique et le soutien aux investissements sur le continent sont imminents.

Au cours de la conférence, le président Pou­tine a rencontré quatre présidents en tête-à-tête. Félix Antoine Tshisekedi a fait partie des heureux élus, prouvant ainsi que la RDC est un pays important pour la Russie. La société TZM a été choisie par les autorités russes pour représenter ses intérêts miniers au Congo et doit donc agir rapidement pour démontrer sa capacité à obtenir des résultats concrets à l’approche du sommet Russie-Afrique, qui se tiendra probablement à Kinshasa en 2023. Le retour de Moscou en RDC devient enfin tangi­ble. Dans une interview exclusive, M&B a ren­contré l’un des ambassadeurs de cette nou­velle stratégie, Sergey STESHENKO, Directeur général de TZM.

MB : Bonjour Monsieur Steshenko, pou­vez-vous nous parler de votre parcours et des raisons de votre présence en RDC ?

Sergey S. : J’ai été responsable de projets miniers, de développement, d’optimisation et de performance principalement en dehors de la Russie, dans des régions telles que l’Afrique et l’Amérique latine. Je me suis occupé de divers minéraux, principalement des métaux tels que le nickel, le cobalt et le cuivre. Telle a été mon expérience au cours des 20 dernières années.

MB : Et qui représentez-vous ?

Sergey S. : Je représente TZM, qui est une société russe, intéressée par le développement de projets en Afrique, notamment en RDC.

MB : Nous ne voyons pas beaucoup de socié­tés russes au Congo, êtes-vous la première ou savez-vous s’il y a d’autres sociétés russes dans la région ?

Sergey S. : En fait, je ne peux pas dire s’il y a une autre société russe en RDC, mais ce dont je suis sûr, c’est qu’à l’heure actuelle, les grandes sociétés russes du secteur minier ne sont pas largement représentées en RDC. Cependant, il y a un intérêt croissant dans le secteur minier russe pour initier une présence en RDC. Cela a été clairement démontré lors des conférences précédentes et dans la préparation du sommet Russie-Afrique.

MB : Avez-vous des projets ici en RDC ?

Sergey S. : En ce moment, nous sommes en discussion avec certains porteurs de projets locaux. Pour moi cependant, il est trop tôt pour l’annoncer officiellement. Mais oui, nous sommes intéressés par le lancement de notre activité commerciale en RDC et j’espère que nous pourrons bientôt faire état de nos progrès.

MB : Donc, ce sera dans le secteur minier ?

Sergey S. : Oui, en raison de mon expérience personnelle et de celle de mon équipe, nous sommes très intéressés par le secteur minier de la RDC. Nous sommes enthousiastes à l’idée de pouvoir représenter le savoir-faire professionnel de la Russie dans ce secteur, ainsi que l’état de ses équipements et de sa technologie. Pour moi personnellement, les différentes opportunités qui se présentent en RDC sont très intéressantes et prometteuses pour l’avenir.

MB : Pouvez-vous nous en dire plus sur votre entreprise ?

Sergey S. :: TZM est une société russe qui se spécialise dans l’industrie minière profes­sionnelle. Elle possède une grande expéri­ence dans la gestion d’opérations minières en dehors de la Russie, notamment dans la gestion et l’exploitation de grands projets en Afrique, en Amérique centrale et en Amérique du Sud. J’ai dirigé des projets miniers au Bot­swana, qui ont été gérés et optimisés avec suc­cès par mon équipe. Nous avons également mis en place d’importantes activités minières en Amérique latine et nous pouvons affirmer avec confiance que nous sommes une équipe professionnelle dotée d’un solide bagage et d’une expérience internationale dans le domaine minier. Ce qui nous donne égale­ment un avantage important, c’est que nous avons le soutien des banques russes, en plus des investissements privés. Cela nous donne la possibilité d’atteindre des objectifs impor­tants pour nous en RDC.

MB : Même si vous connaissez bien l’Afrique, j’imagine que c’est l’un de vos premiers voyages en RDC. Quelle est votre première impression en tant qu’investisseur ?

Sergey S. : C’est une très bonne question. J’ai dit que nous avions une bonne connaissance de l’Afrique, mais le continent est extrême­ment vaste et diversifié sous de nombreux aspects. Chaque région du continent pos­sède ses propres avantages et opportunités uniques. Cependant, la RDC me semble être l’une des régions les plus prometteuses pour le développement, en raison du manque de coopération entre nos pays dans le passé, et de la volonté actuelle des deux pays de changer cela. Les relations mutuelles devraient aider les entreprises à trouver une solution plus efficace, compte tenu de l’idéologie poli­tique et l’économique existante. Donc, de ce point de vue, je pense que le partenariat offre des perspectives inté­ressantes pour tous les investisseurs.

MB : Un dernier mot ?

Sergey S. : Nous espérons vraiment que notre voyage en RDC sera long et fructueux.

Exit mobile version