in

Conflit à L’Est « Il faut maintenir la pression militaire et accentuer les efforts diplomatiques »

Face à la rébellion du M23, soutenue par le Rwanda, et à la faiblesse de l’armée congolaise, Juvénal Munubo, député UNC et membre de la Commission défense et sécurité, analyse pour Mining & Business la crise sécuritaire

La situation sécuritaire continue de se dégrader à l’Est du pays, où sévit toujours une centaine de groupes armés. Face à la rébellion du M23, soutenue par le Rwanda, et à la faiblesse de l’armée congolaise, Juvénal Munubo, député UNC et membre de la Commission défense et sécurité, analyse pour Mining & Business la crise sécuritaire. Selon le député de Walikale, il faut réformer profondément les FARDC, financer réellement le processus de démobilisation des rebelles et miser sur l’activisme diplomatique.

Un rapport encore confidentiel des experts de l’ONU confirme le soutien du Rwanda au M23. Que peut changer cette reconnaissance internationale et avez-vous été surpris par le contenu de ce rapport ?

Juvénal Munubo : Pas du tout, l’armée congolaise avait déjà récolté de nombreuses preuves de l’implication du Rwanda. Et déjà, en 2013, un premier rapport de l’ONU avait établi la responsabilité du Rwanda en appui au M23.

L’histoire semble donc se répéter. Toute la question est maintenant de savoir ce que l’on fait du rapport. Je crois qu’il faut un plaidoyer de haut niveau. Le président Tshisekedi a rencontré le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, et ils en ont parlé.

Pour moi, c’est important que le Rwanda soit sanctionné et qu’une juridiction internationale puisse examiner ces preuves et la responsabilité de Kigali. Les contacts diplomatiques doivent se poursuivre. Le processus de Luanda doit être soutenu, et la feuille de route qui prévoit le retrait du M23 de ses positions doit être appliquée.

Pourtant, la situation sécuritaire sur le terrain n’a pas évolué. Ce rapport de l’ONU peut-il changer la donne dans ce conflit ?

Juvénal Munubo : Le rapport vient renforcer les positions du gouvernement qui dénonçait l’implication du Rwanda. Il peut aussi y avoir un effet psychologique bénéfique pour les militaires qui sont au front. Ils savent maintenant que la communauté internationale est au courant du soutien de l’armée rwandaise à la rébellion.

Cet article est uniquement réservé aux abonnés.
Déja abonné ? Se connecter
Pour en profiter, abonnez-vous dès maintenant.
Bénéficiez aussi:
  • D'un accès à tous les articles et vidéos
  • Les newsletters exclusives
  • Les magazines en version numérique

 

Deuxième édition de Congo Biennale

Editorial de Mining and business N°44