Le marché de l’assurance en RD Congo
La SONAS (société nationale d’assurances) est actuellement la seule compagnie d’assurance pouvant opérer sur le territoire congolais, et ce depuis 1967.

Les enjeux de la libéralisation du marché de l’assurance en RD Congo.
La RD Congo est l’un des derniers pays du continent africain à avoir encore son secteur de l’assurance sous monopole étatique.

La SONAS (société nationale d’assurances) est actuellement la seule compagnie d’assurance pouvant opérer sur le territoire congolais, et ce depuis 1967.
En 2009, la SONAS constitue la meilleure des entreprises du portefeuille de l’état. À cette époque ses revenus la classe au 7ème rang des revenus des assurances des pays francophones subsahariens.

Depuis lors, la SONAS connaît des difficultés, en 2013, le comité de pilotage de la réforme des entreprises publiques (copirep) annonce que la SONAS est en passe de disparaitre si elle ne restructure ses activités en profondeur.
Ce n’est que le 14 janvier 2015 que la loi sur le code des assurances met fin au monopole avec un délai moratoire de 12 mois, le temps aux autorités de mettre en place l’autorité de régulation (ARCA).
Très récemment les missions principales de l’ARCA ont été adoptées en conseil des ministres, ce qui laisse envisager que les membres de cette autorité seront bientôt nommés. La libéralisation effective du marché est bien en cours.
Le marché des assurances en RD Congo est très attractif : sa population est estimée à plus de 80 millions d’habitants (100 millions en 2020), sa croissance économique depuis les 3 dernières années est estimée à 7% en moyenne par an … la RD Congo connait également actuellement une vague de réformes visant à moderniser son économie et sa gouvernance, notamment par le biais du processus bancarisation des agents de l’Etat qui est sur le point de s’achever.
La taille du marché actuel de l’assurance est estimée à USD 500 MM par an, exclusivement sur la partie Non Vie, la partie Vie étant pour le moment inexistante. Les enjeux de la libéralisation. Les enjeux de cette libéralisation du marché de l’assurance en RD Congo sont considérables.

Le 1er enjeu sera d’avoir une autorité de régulation forte et respectée afin d’éviter toute dérive des futurs acteurs du secteur, et ainsi garantir sa respectabilité et permettre un développement durable et équitable du marché.

Le 2ème enjeu, et non des moindres, fortement lié au premier, sera d’éduquer et de gagner la confiance de la population congolaise vis-à-vis de l’assurance.
Les futurs acteurs devront adopter les stratégies adéquates en termes de marketing et communication afin d’inscrire l’assurance dans le mode de vie des congolais. Cela passe des campagnes d’information et de pédagogie sur les bienfaits de l’assurance.

Le 3ème enjeu sera de mettre à la disposition de la population congolaise des produits adaptés à leur besoin et à leur niveau de revenu (la majorité gagnant moins de USD 2 par jour), par le biais de réseaux de distribution innovants pouvant atteindre les congolais vivant en dehors des grands centres urbains.

Son impact sur la RDC. La libération du marché de l’Assurance en RD Congo, aura des conséquences très positives sur son économie et sur le développement général du pays.
Avec l’implantation de nouvelles sociétés d’assurances et de courtages, elle sera génératrice de nouveaux emplois directs et indirects.
En libéralisant son marché des assurances, la RD Congo permettra à la population et aux acteurs économiques du secteur privé et public de souscrire à des produits d’assurances adaptés à leur besoin, et par conséquent d’envisager leur futur plus sereinement, ce qui augmentera leur propension à investir.

Un marché de l’assurance libéralisé est le gage d’une économie et d’un état résolument tournés vers la modernité ; c’est une réforme déterminante en vue d’encourager les investisseurs étrangers à investir en RD Congo.

Michel Brabant [email protected]

VOTRE REACTION?

Facebook Conversations



Disqus Conversations