ERIC RAMBELOSON Vice-president de la Chambre de Commerce franco-Zambienne
ER : La Chambre a été créée en septembre dernier. On a créé un premier évènement en coopération avec l’Ambassadeur de France : Le Beaujolais nouveau. Nous avons un board dans lequel sont représentées trois grosses sociétés françaises à savoir Total, Lafarge et Bollore. Les quatre autres membres du board étant des individuels comme moi.

Mining & Business: Monsieur le Vice-Président, est-ce que vous pourriez vous présenter en quelques mots ?

Éric RAMBELOSON : Je suis français. Je suis en Zambie depuis 2001. Je me suis occupé d’une grosse société zambienne pendant 7 ans. Je suis reparti ensuite entre la France et Madagascar. Je suis revenu en 2010 où à nouveau je me suis occupé de deux sociétés, dont un hôpital privé. Je suis désormais consultant et je fais du business développement.

MB : La CCFZ ça représente quoi exactement ? Combien de membres ?

ER : La Chambre a été créée en septembre dernier. On a créé un premier évènement en coopération avec l’Ambassadeur de France : Le Beaujolais nouveau. Nous avons un board dans lequel sont représentées trois grosses sociétés françaises à savoir Total, Lafarge et Bollore. Les quatre autres membres du board étant des individuels comme moi.

MB : Est-ce que vous êtes intéressés par des collaborations avec d’autres Chambres de Commerce de la région par exemple ?

ER : Tout à fait. On espère travailler avec les Chambres de Commerce d’Afrique du Sud, du Mozambique et Zimbabwe. On va travailler également avec les Chambres de Commerce ici à Harare, les Britanniques et les Américains.

MB : Le Président de la Chambre Franco Sud-Africaine, Yves Guenon nous a également accordé une interview. Il envisage de conduire une délégation d’investisseurs français à la DRC Mining Week qui est le grand évènement en juin à Lubumbashi. Vous seriez intéressés pour faire « pavillon commun » par exemple ?

ER : Oui tout à fait ! D’ici à juin, on espère avoir un certain nombre de membres notamment de miniers. Et effectivement, pourquoi pas ? Nous sommes tout à fait ouverts à ce type d’évènement.

MB : Vous seriez prêt aussi à aller jusqu’à Kinshasa pour la semaine française un peu plus tard en juin ?

ER : Oui, pourquoi pas. On est tout fait ouvert. Encore une fois, l’idée c’est de travailler sur la région Afrique-Australe, Congo compris et d’avoir des partenariats avec toutes les Chambres de la région.

MB : Avec votre expérience, quels seraient les secteurs dans lesquels la Chambre de Commerce Franco-Zambienne pourrait intervenir en RDC ?

ER : En RDC, je pense, on pourrait aider les sociétés zambiennes à s’implanter en RDC. Essentiellement, l’aide aux miniers voir aux sous-traitants zambiens voulant s’implanter en RDC.

MB : Est-ce qu’il y a autre chose que vous voulez partager avec nous ?

ER : Encore une fois le secteur porteur aujourd’hui en Zambie c’est essentiellement les mines. Ça, c’est un secteur qui a toujours été porteur depuis 40 ans. Le tourisme également. Je pense que le tourisme, le gouvernement zambien, fait le maximum pour développer le tourisme pour voir les synergies avec d’autres compagnies. Voilà donc, c’est les principaux secteurs et également l’industrie agroalimentaire.

MB : Monsieur le Vice-Président merci.

VOTRE REACTION?

Facebook Conversations



Disqus Conversations