Lampes solaires : Total fait le bilan du programme « Awango »
Total a dévoilé ce mardi avoir écoulé environ 1 million de lampes solaires en Afrique subsaharienne et en Asie, dans le cadre son programme « Awango », lancé fin 2012. Le géant français des hydrocarbures vise le chiffre de 5 millions de lampes vendues d’ici à 2020.

Total a dévoilé ce mardi avoir écoulé environ 1 million de lampes solaires en Afrique subsaharienne et en Asie, dans le cadre son programme « Awango », lancé fin 2012. Le géant français des hydrocarbures vise le chiffre de 5 millions de lampes vendues d’ici à 2020.

Le groupe Total a fait le point au mois de mai devant un parterre de journalistes sur le programme « Awango », sorti de l’incubateur « Total Access To Energy ». Christophe Dargnies, directeur du programme, s’est félicité du succès de ces lampes lançées en 2012 et qui se sont écoulées à 1 million d’exemplaires, majoritairement en Afrique subsaharienne mais aussi en Asie.

Le groupe français estime ainsi avoir rempli son objectif d' »améliorer le quotidien de 5 millions de personnes avant fin 2015″, une lampe pouvant servir à éclairer toute une famille. Mais le groupe français n’entend pas s’arrêter là. « Notre ambition est de poursuivre le développement de ce programme et de viser 5 millions de lampes vendues en Afrique à l’horizon 2020, c’est à dire de toucher 25 millions de personnes sur le continent » a déclaré Patrick Pouyanné, directeur général de Total, dans un communiqué publié à l’issue de la présentation.

Rentabilité

Destinées aux foyers sans électricité, les lampes « Awango by Total » se rechargent grâce à un petit panneau solaire et sont garanties pendant deux ans. Il est également possible d’y connecter et de recharger de petits appareils électroniques. Les lampes sont construites par des fournisseurs basés en Asie, en collaboration avec Total. Le groupe pétrolier s’occupe, lui, du marketing et de la distribution, s’appuyant dans certains pays sur son réseau de stations-services et sur des partenariats avec des revendeurs privés et des ONG pour atteindre les lieux les plus reculés. « Tous les acteurs de la chaîne dégagent une rentabilité économique », assure Christophe Dargnies.

Le prix de ces lampes varie « entre 12 et 40 dollars », suivant le modèle et le pays de vente, explique le directeur de l’incubateur de Total. « Un investissement lourd pour les personnes gagnant moins de 1 dollar par jour », reconnaît Christophe Dargnies. Mais le coût de la lampe peut être compensé par l’économie de kérosène que les ménages auraient eu à payer pour s’éclairer.

Une étude réalisée en 2012 par la Société financière internationale (IFC) estime que 18 milliards de dollars sont dépensés chaque année par les ménages les plus pauvres dans l’achat d’énergies traditionnelles (piles, bougies, lampes à kérosène, etc.) pour l’éclairage et la recharge de petits appareils.

Autonomes

Total réfléchit d’ailleurs à des solutions de financement de type microcrédit pour faciliter l’accès à ces lampes, a révélé Christophe Dargnies. « Total Access to Energy » entend en outre enrichir son offre en développant des modules électroménagers autonomes. « L’idée consiste à modulariser les produits électroménagers pour les rendre autonomes en énergie et accessible » explique son directeur. Les panneaux solaires et les lampes peuvent ainsi être raccordés entre eux. Un four amélioré, équipé d’un ventilateur, est à l’étude dans l’incubateur de Total qui reçoit tous les bénéfices de la vente des lampes « Awango ».

Source Jeune Afrique 

Article publié dans Mining and Business n°1 – Juillet/Août 2015 Facebook Twitter Google+

VOTRE REACTION?

Facebook Conversations



Disqus Conversations