Docteur Denis Mukwege
Au nom du chef de l’État, son Excellence Monsieur le président Joseph Kabila Kabange, et en union avec toutes les femmes de la RDC, le Représentant personnel en charge de la lutte contre les violences sexuelles et le recrutement des enfants félicite le Docteur Denis Mukwege pour ce Prix, témoignage de son engagement louable .

C’est ce message, écrit par Jeanine Mabunda, qui a été envoyé au Nobel congolais, le Docteur Denis Mukwege, qui partage son Prix avec l’Irakienne Nadia Murad. Les deux défenseurs des Droits de l’Homme qui mènent depuis des années un combat hors pair pour que la femme ne soit pas une arme de guerre entrent donc au panthéon des grands acteurs de la Paix dans le monde. Et l’on s’en réjouit tous.

Si certains regrettent que le Chef de l’État n’ait pas en personne félicité le Docteur Mukwege, nul n’ignore non plus que les deux hommes entretiennent des relations plus que distantes. Et nul ne sait non plus s’il ne s’agit pas là d’un compromis diplomatique entre les deux protagonistes en cette période préélectorale.

Aussi, soucieuse de ne pas entrer dans cette polémique politicienne, à l’heure où il sied d’honorer avec le plus grand respect le « réparateur des femmes du Kivu », la rédaction de Mining and Business tient lui à adresser ses plus sincères félicitations.

Elle tient aussi à lui dire un simple « Merci Docteur ! » Merci pour ce combat mené contre la barbarie vécue par nos sœurs. Merci, en tant que compatriotes, de faire vivre cette flamme de l’espoir en la Paix en RDC dans nos cœurs meurtris par cette guerre insoutenable. Merci de nous donner cette part de dignité aux yeux d’un Monde qui nous pense trop souvent passifs face à l’horreur qui perdure à l’Est. Et, enfin, merci pour cet exemple que vous incarnez et qui nous guide.

Pour mémoire, le docteur Denis Mukwege est directeur de l’hôpital de Panzi qu’il a créé en 1999, à Bukavu. Prix Sakharov en 2014 « pour la liberté de l’esprit » décerné par le Parlement européen, il fonde l’hôpital Panzi à la fin des années 90 après avoir découvert une réalité effroyable : la destruction planifiée des organes génitaux des femmes et même des bébés, ainsi que les viols comme arme de guerre. « Nous voyons ce que même un œil de chirurgien ne peut s’habituer à voir », a-t-il l’habitude de dire.

À Panzi, le Docteur Mukwege aide à la reconstruction physique et psychologique des femmes victimes de viols. Des crimes commis à grande échelle dans l’Est de la RDC depuis une quinzaine d’années, et notamment pendant la Deuxième Guerre du Congo (1998-2003), mais qui perdurent encore. Cette vocation a toutefois un coût : le Docteur a fait l’objet de plusieurs tentatives d’assassinat et vit sous protection des Casques bleus. Deux fois nominé pour le prix Nobel, il a opéré près de 30 000 Congolaises de tous âges.

La rédaction de M&B

VOTRE REACTION?

Facebook Conversations



Disqus Conversations