Le nouveau maître de l’empire Barrick Gold, Marc Bristow, contre attaque !
La société Randgold Resources, qui fait maintenant partie du groupe Barrick Gold, a déclaré à Indaba une augmentation de 35 % de son dividende à 2,69 $ l’action. Performance soutenue par une production record de 807 000 oz d’or à la mine Kibali, en République démocratique du Congo, et un débit record à la mine Loulo-Gounkoto, au Mali.

Barrick a simultanément annoncé une augmentation de 33 % du dividende annuel sur la production annuelle d’or de 4,53 millions d’onces d’or à des coûts totaux de maintien (AISC) de 806 $/oz. La production annuelle de cuivre de Barrick s’est élevée à 383 millions de livres à AISC, soit 2,82 $/lb.

D’après Bristow, Barrick a la capacité de croître grâce à son vaste portefeuille d’exploration et à sa capacité géologique, au potentiel d’élargissement des infrastructures sous-utilisées dans ses opérations existantes et à de nouveaux projets destinés à devenir des mines de niveau 1. Le niveau 1 étant le statut recherché pour les actifs de la nouvelle entité issue du regroupement.

Il prévoit également que la production 2019 de Barrick (incluant les réserves et les ressources de Randgold nouvellement acquises) se situera entre 5,1 et 5,6 millions d’onces pour une production de cuivre située entre 375 et 430 millions de livres.

Les principaux actifs africains - Loulo-Gounkoto et Kibali – et argentins – Valadero - font également l’objet d’une réduction de niveau 1 avec une marge disponible, mais ils maintiendraient la qualité de leurs réserves, semble-t-il. Bonnes nouvelles également du côté du Sénégal, où l’étude de faisabilité du projet Massawa est terminée, en Tanzanie, où les discussions avec le gouvernement sur l’impasse concernant Acacia se poursuivent.

Idem au Névada, où les actifs combinés de Turquoise Ridge permettent de réaliser des gains d’efficacité, et où la récente découverte de Fourmile a été combinée à celle de Goldrush dans un seul projet de premier niveau potentiel.

Enfin, en République dominicaine, une étude préliminaire appuie l’expansion de ce qui est déjà une importante mine d’or à ciel ouvert.

Comme on pouvait s’y attendre, le géologue Bristow, qui a bâti Randgold Resources sur une stratégie de découverte et de mise en valeur, a remis l’accent sur l’exploration dans l’ensemble du portefeuille du groupe en Amérique latine.

As expected, Bristow, a geologist who built Randgold Resources on a strategy of discovery and valuation, said there was a renewed focus on exploration across the group’s Latin American portfolio.

VOTRE REACTION?

Facebook Conversations



Disqus Conversations