Les trésors cachés du Congo pour les dégustateurs de café
Goma. Au milieu des années 1980, la République démocratique du Congo exportait officiellement jusqu'à 130 000 tonnes de café par an, mais avant 2012, ce chiffre avait chuté à 8 000 tonnes en raison de la guerre, de la maladie du café, des prix bas et de la contrebande.

Mais les acheteurs internationaux spécialisés en café de haute qualité ont commencé à réaliser leurs erreurs. En 2012, après avoir fait une enquête sur les deux provinces du Kivu dans l'est du Congo, l’Institut mondial de recherche sur le café a décrit la zone comme « un paradis pour le café ». Avec l’aide de Twin, l'organisation anglaise de commerce équitable, , la percée de la coopérative du café congolais dans le marché mondial fut significative cette même année. Selon Richard Masquer, l'un des experts en café de l’organisation, d'autres coopératives dans les provinces du Kivu pourraient faire de même. « Nous savons que potentiellement tous les cafés au sud du Nord-Kivu ont la possibilité d’être excellents – c’est juste une question de connaissance, d’équipement, de suivi », a déclaré Masquer. En d'autres termes, il y a actuellement comme une renaissance des exportations de « café de spécialité », et récemment, des experts internationaux ont organisé un concours de dégustation dans la ville orientale de Bukavu, pour classer les 30 coopératives entrées en lice. Selon l'un des organisateurs, Chris Treter, de l’acheteur Américain de café Higher Grounds Trading, ce fut la première compétition de café de spécialité au Congo. « C’est historique d'avoir des gens de partout à travers la chaîne de valeur en un seul endroit, avec des juges formés, en train de déguster et échantillonner les différents cafés de la région… pour les évaluer un par un, pour la première fois », a-t-il dit. La compétition a utilisé les normes internationales établies par la Specialty Coffee Association of America. Une dégustation à l'aveugle, les juges n’avaient donc aucune idée des cafés qu’ils échantillonnaient. Les juges ont porté aux nues les inscrits à ce concours. « J’ai apprécié dès le début », a déclaré Stephen E. Vick, un acheteur et dégustateur pour Bluebottle café, qui a classé un échantillon 91 sur 100, un score exceptionnellement élevé. « Je pense que son parfum était le meilleur de tous ce que nous avons eus, super-complexe, prune, cerise, corps super-soyeux, j’avais envie de boire ces tasses… simplement magnifiques. » La coopérative gagnante, comme plusieurs autres participants, avait été assistée par des consultants travaillant pour Eastern Congo Initiative – une organisation à but non lucratif fondée par l'acteur hollywoodien Ben Affleck. La raison pour laquelle les non lucratifs s’impliquent dans le secteur est que la grande majorité des cafés de la RDC est produite par des petits exploitants qui travaillent dans des conditions très difficiles. Eastern Congo tente d'aider ces agriculteurs en faisant pression sur le gouvernement de la RDC. La compétition a été l'occasion de procéder ainsi, vu que le ministre de l'Agriculture de la province y assistait. Baraka Kasali de ECI a  évoqué les obstacles auxquels sont confrontés les producteurs de café en RDC. « Le plus grand obstacle que je vois est la taxe. Nous avons vu dans ce premier lot vendu aux acheteurs : 70 % du coût de ce café est allé aux impôts », a déclaré Remy Mitima, directeur de l'institution de microfinance PAIDEK. La taxe d'exportation sur le café au Congo est de 12 %, comparée à 1 % dans les pays voisins. En réponse à Mitima, le ministre provincial de l'Agriculture Adolphine Muley a simplement dit : « Peut-être que les impôts sont exorbitants. »

Source VOA

VOTRE REACTION?

Facebook Conversations



Disqus Conversations