in

LA GÉCAMINES ENCORE ATTAQUÉE

Le Centre Carter, une fondation créée par l’ancien président américain Jimmy Carter pour promouvoir la démocratie et les droits de l’homme dans le monde, a publié un rapport qui confirme les conclusions d’une enquête menée par Global Witness quelques mois plus tôt. 750 millions que l’entreprise aurait reçus auraient disparu vers des horizons inconnus.
Le Centre Carter, une fondation créée par l’ancien président américain Jimmy Carter pour promouvoir la démocratie et les droits de l’homme dans le monde, a publié un rapport qui confirme les conclusions d’une enquête menée par Global Witness quelques mois plus tôt. 750 millions que l’entreprise aurait reçus auraient disparu vers des horizons inconnus. Dans le même temps, Glencore, l’une des plus grandes sociétés internationales actives dans les partenariats de la Gécamines, est épinglée par le rapport d’un groupe indépendant de journalistes d’investigation, le Consortium international des Journalistes d’Investigation (ICIJ). Dans les articles qui suivent, nous tentons de faire le point.

Le rapport du Centre Carter

Sur la base d’une recherche systématique sur les activités de la Gécamines (GCM) et de ses principaux partenaires, d’un examen de plus de 100 contrats miniers, de 1 000 publications d’entreprises et de données publiées dans le cadre de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) au cours de la période 2007-2014, le rapport, conclut que la société appartenant à l’État a non seulement omis de réinvestir les gains obtenus dans les partenariats, mais a également empêché la privatisation du secteur minier prévue par le Code Minier.

Selon le Centre Carter, quelque 750 millions de dollars de recettes provenant des mines de la RDC entre 2011 et 2014 « ne peuvent pas être suivis de manière fiable » dans les registres de la Gécamines. Dans son rapport, le Centre Carter a suggéré que la Gécamines se servait de « sa position privilégiée pour générer 1,1 milliard de dollars US à partir d’accords sur le cuivre et le cobalt entre 2011 et 2014 », mais n’avait pas réussi à présenter de façon fiable près des deux tiers des recettes. La Gécamines exerce un contrôle sur les « meilleurs permis d’exploitation minière » de la RDC, ce qui lui permet de « générer des revenus substantiels grâce à ses partenariats, atteignant en moyenne 262 millions de dollars US par an en redevances, bonus et autres frais contractuels de 2009 à 2014 », selon le rapport. « Ces recettes ne sont pas dirigées vers le Trésor public, et elles dépassent largement le cadre de la surveillance publique », dit le rapport.

Toujours selon le rapport, la Gécamines fonctionne comme un État parallèle. L’ONG Global Witness écrivait en juillet: « Une combinaison toxique de corruption et de mauvaise gestion au sein des agences de recettes du Congo et des sociétés minières d’État est en train de lixivier un cinquième des recettes minières du budget de l’État qui devrait être utilisé pour des services publics vitaux tels que les écoles, les hôpitaux et les routes »

Source: AFP/Agence Ecofin

QU'EN PENSEZ-VOUS?

0 points
Upvote Downvote

Par Miningandbusiness

M&B est un magazine made in Congo qui s'annonce comme le magazine de référence en ce qui concerne le monde minier et les affaires en RDC, en Zambie et même en Afrique du Sud. Nous avons réuni des contributeurs prestigieux tels que Didier Julienne du journal “Les Échos”, Maria Malagardis du journal “Libération” ou Cecilia Jasmamie de Mining.com. Des expertises de professionnels, des partenaires comme les chambres des Mines, la FEC ou la chambre de commerce franco-congolaise, apporteront leur pierre à l’édifice. Mining & Business est l’allié des entreprises pour mieux accompagner le développement de l’Afrique en général et du Congo et de la Zambie en particulier. Ce magazine est aussi votre magazine, n’hésitez pas à nous contacter pour nous aider à enrichir son contenu:

[email protected]

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

GÉCAMINES : YUMA RÉAGIT AU RAPPORT DU CENTRE CARTER

Hugh Masekela la trompette de la liberté