in

Les creuseurs et le Coronavirus

“On estime que 200 000 personnes gagnent leur vie en creusant de manière artisanale le cuivre et le cobalt.”

La République démocratique du Congo va commencer une campagne d’information massive sur la santé publique pour des centaines de des milliers de mineurs artisanaux dans le cadre d’un plan visant à compenser l’impact de la pandémie de coronavirus sur l’industrie de cobalt et cuivre. 

Les propositions sont contenues dans un rapport rédigé par le Ministère des Mines qui met en garde contre une situation “catastrophique” dans le cas où les effets de l’épidémie de Covid-19 entraînent la fermeture de mines importantes. 

Le Congo, premier producteur mondial de cobalt, et l’Afrique plus grand mineur de cuivre, n’a encore aucun cas connu de coronavirus dans la région de la copperbelt située dans le sud-est du pays. La plupart des mines, dont celles de Glencore Plc et de China Molybdenum Co, continuent à fonctionner dans un contexte de restrictions de personnel. “Si certaines mesures sont prises et appliquées avec nous pouvons réduire considérablement l’impact négatif de la cette pandémie sur le secteur minier et, par conséquent, l’impact sur l’économie nationale”, a déclaré le ministère dans les sept pages du rapport validé par le ministre des Mines Willy Kitobo Samsoni.

Alors que la majeure partie du métal du Congo provient de grandes mines mécanisées, on estime que 200 000 personnes gagnent leur vie en creusant de manière artisanale le cuivre et le cobalt. Pour compenser le risque que la maladie se propage parmi ces mineurs dits artisanaux, les le gouvernement envoie des équipes pour les former à la distanciation sociale et la prévention des maladies, a déclaré le ministère.

L’effondrement des prix

Les propositions sont présentées alors que les données montrent que les exportations congolaises de cobalt, un des éléments clé des piles rechargeables, a chuté de 15% au premier trimestre, tandis que les livraisons de cuivre ont augmenté de 13 %. L’affaiblissement de la demande de cuivre et de cobalt pourrait retarder l’ouverture de nouveaux projets, dont celui de Kamoa- Ivanhoe Mines Ltd, la mine de cuivre de Kakula, selon le rapport. Kamoa-Kakula devrait être mis en opération lors du troisième trimestre 2021 et pourrait finalement devenir la deuxième plus grande mine de cuivre au monde, selon le site web d’Ivanhoé. Ivanhoe a déclaré le 2 avril qu’il prenait des mesures « extraordinaires » visant à protéger sa population et à atténuer l’impact de Covid-19 sur ses opérations de développement minier”

Le gouvernement est réticent à fermer les sites artisanaux de peur que cela “ne provoque des problèmes d’insécurité dans les villes en raison du retour de grandes masses de mineurs sans moyens de subsistance”, a déclaré le ministère. “Nous risquons de passer d’une crise sanitaire à une crise économique qui finira, à son tour, par une crise sociale”. Lorsque les prix sont élevés, les mineurs artisanaux peuvent représenter jusqu’à 30 % de la production de cobalt du pays, selon le ministère.

Source: Bloomberg Michael J. Kavanagh 

This post was created with our nice and easy submission form. Create your post!

Communiqué de presse ARCA

RDC: nouvelle prorogation de l'état d'urgence