in

Les djihadistes se ruent sur l'or du Sahel, alerte une ONG

International Crisis Group affirme dans un rapport que les groupes armés islamistes ont trouvé dans les mines artisanales du Mali, du Burkina Faso ou du Niger une nouvelle source de financement et de recrutement.

Les djihadistes et les autres groupes armés ont trouvé dans les mines d’or du Sahel une nouvelle source de revenus, profitant de la défaillance des Etats concernés, met en garde l’ONG International Crisis Group (ICG) dans un rapport publié mercredi. Au Mali, au Burkina Faso et au Niger, «des groupes armés s’emparent depuis 2016 de sites d’orpaillage dans des zones où l’Etat est faible ou absent. Leur convoitise est attisée par le boom du secteur aurifère artisanal depuis la découverte, en 2012, d’un filon saharien», écrit cette organisation dédiée à la prévention et la résolution des conflits.

Ces trois pays sont directement frappés par la propagation des activités djihadistes à partir du nord du Mali depuis 2012. Ces agissements se doublent de conflits intercommunautaires. Les violences ont fait des milliers de morts, combattants et civils. Ces Etats pauvres peinent à faire face, malgré la présence de forces étrangères et de l’ONU, et à contrôler de vastes étendues de territoire également livrées au brigandage. Les djihadistes se financent eux-mêmes grâce à de multiples trafics. Les «groupes armés, y compris djihadistes, trouvent dans les mines d’or une nouvelle source de financement, voire un terrain de recrutement», dit l’ICG. Les sites aurifères peuvent même servir de lieu de formation, par exemple au maniement des explosifs, dit-il.

Jusqu’à 4,5 milliards de dollars par an

L’ICG souligne l’importance des enjeux non seulement sécuritaires mais financiers. «La production artisanale (d’or) représenterait désormais près de 50% des volumes produits industriellement. Elle atteindrait chaque année 20 à 50 tonnes au Mali, 10 à 30 tonnes au Burkina Faso et 10 à 15 tonnes au Niger, soit une valeur monétaire globale située entre 1,9 et 4,5 milliards de dollars par an», dit-il. «Plus de deux millions d’acteurs seraient directement impliqués dans l’orpaillage artisanal: un million au Burkina Faso, 700.000 au Mali, et 300.000 au Niger», estime l’ONG, selon laquelle le nombre d’emplois indirects pourrait être trois fois plus élevé.

L’ICG préconise que les Etats «réinvestissent» les zones aurifères, soit directement, soit par l’entremise d’intervenants privés, et réglementent davantage l’exploitation artisanale. Il appelle les Emirats arabes unis (Dubaï spécifiquement), la Suisse et la Chine, «principaux importateurs» de l’or sahélien, «à renforcer le cadre légal de leurs importations d’or» pour réduire le risque de blanchiment d’argent et de financement des groupes armés.

Par Le Figaro avec AFP

This post was created with our nice and easy submission form. Create your post!

QU'EN PENSEZ-VOUS?

0 points
Upvote Downvote

Par Miningandbusiness

M&B est un magazine made in Congo qui s'annonce comme le magazine de référence en ce qui concerne le monde minier et les affaires en RDC, en Zambie et même en Afrique du Sud. Nous avons réuni des contributeurs prestigieux tels que Didier Julienne du journal “Les Échos”, Maria Malagardis du journal “Libération” ou Cecilia Jasmamie de Mining.com. Des expertises de professionnels, des partenaires comme les chambres des Mines, la FEC ou la chambre de commerce franco-congolaise, apporteront leur pierre à l’édifice. Mining & Business est l’allié des entreprises pour mieux accompagner le développement de l’Afrique en général et du Congo et de la Zambie en particulier. Ce magazine est aussi votre magazine, n’hésitez pas à nous contacter pour nous aider à enrichir son contenu:

[email protected]

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

Grand Admiral Baudouin Liwanga

Tom Quinn, responsable du contenu au sein de la section Investir dans l’industrie minière en Afrique