in

J'aimeJ'aime

Un marché des capitaux en RDC, pour quoi faire ?

Le développement du tissu économique local passe inévitablement par le financement de entreprises.

Le développement du tissu économique local passe inévitablement par le financement de entreprises. Pourtant, le crédit domestique octroyé au secteur privé représente à peine 5,5 % du PIB en 2017 selon la Banque Mondiale (147,5 % pour l’Afrique du Sud). Encore embryonnaire en RDC, le marché des capitaux est un des leviers essentiels pour booster notre économie. Analyse.

Longueur des ressources

Un examen rapide des bilans des banques révèle d’importants volants de liquidités (crédits/dépôts = 52 % en 2017). Si des ressources sont disponibles, qu’advient-il du rôle des établissements de crédit dans le financement de l’économie ? Il est souvent dit que les dépôts font les crédits. Et c’est vrai pour le système bancaire congolais, car une très large partie des ressources des banques est constituée des dépôts de leurs clients. En d’autres termes, c’est par la somme des avoirs confiés par les particuliers, les entreprises et les institutions qu’elles parviennent à prêter aux agents économiques. Il s’agit cependant de dépôts à vue pour l’essentiel, c’est-à-dire que les clients doivent pouvoir faire des retraits à tout moment. Or, pour le dire simplement, prêter de l’argent pour 10 ans suppose ne pas avoir besoin de ce même argent pendant 10 ans. Mais pourtant, l’essor d’une industrie minière plus performante, la réalisation du gigantesque potentiel énergétique de la RDC, la création d’une capacité suffisante de transformation des produits de base, et, plus globalement, le financement du haut du bilan des entreprises, reposent sur la mobilisation et la disponibilité de ressources financières stables. Les dépôts collectés par les banques sont donc liquides à court terme, alors que le développement de l’économie exige des prêts à long terme, dits également « illiquides » en opposition.

Afflux de liquidités et normes prudentielles

Deux sujets ne manqueront pas de nourrir les débats dans les milieux financiers de la RDC au cours des prochains mois : le rapatriement de 60 % des recettes d’exportation des miniers et une augmentation plus que substantielle des primes d’assurance avec la libéralisation du marché. Ceci se traduira en effet par un accroissement conséquent du bilan des banques, mais plus d’argent veut-il dire plus de financement pour l’économie ?

Le challenge se situe à deux niveaux au moins

Premièrement, les banques ne décident pas de tout et doivent rigoureusement observer les normes d’exercice. respecter le ratio de levier, pour ne l’illustrer que par un exemple, suppose que les fonds propres de la banque soient égaux ou supérieurs à 5 % du total de ses actifs. En d’autres termes, plus la banque a de ressources, plus elle doit augmenter ses fonds propres. Or, s’agissant uniquement des primes d’assurance, les banques devront être en mesure d’absorber entre 3 et 5 milliards de dollars à l’avenir contre 100 millions actuellement selon les chiffres de l’ARCA. Considérant que le total bilan des banques est d’USD 6,8 milliards à fin 2018, le défi est de taille. Le deuxième challenge ramène à la question de l’adéquation de la longueur des ressources. D’abord parce que les miniers sont en droit de disposer de leurs avoirs à tout moment. Ensuite, parce que, des quatre compagnies d’assurance agréées sur le marché local, trois sont dans la non-vie, branche pourvoyeuse de liquidités à court terme.

Créer de la richesse nationale

C’est sur le marché des capitaux que se constitue la demande de fonds prêtables et que s’exprime l’offre de financement.

Le marché des capitaux met en relation les agents économiques détenant un excédent de capitaux et ceux qui ont des besoins de financement. Plusieurs facteurs conditionnent le développement d’un marché des capitaux, dont l’existence d’un dispositif légal et réglementaire approprié, un environnement fiscal favorable à la transparence et une capacité à créer et à maintenir la confiance entre les acteurs. Dans le contexte congolais et au regard d’autres expériences à travers le continent, il est également nécessaire que le modèle de déploiement soit consciencieusement ajusté au potentiel du marché, que ce dernier priorise une croissance organique et structurelle, et que le degré de sophistication des instruments financiers tienne quant à lui impérieusement compte de la courbe d’apprentissage des acteurs. C’est à ces conditions que le marché des capitaux peut constituer un puissant levier pour repousser les limites du système existant, diversifier les produits d’épargne, mobiliser les ressources domestiques à long terme, donner aux entreprises l’accès à des financements adéquats, créer des opportunités

d’investissement, et, plus encore, pour offrir aux nationaux un rôle de premier plan dans le développement de l’économie congolaise.

Henri Plessers Mboyo

Financialis ACM

This post was created with our nice and easy submission form. Create your post!

QU'EN PENSEZ-VOUS?

1 point
Upvote Downvote

Par Miningandbusiness

M&B est un magazine made in Congo qui s'annonce comme le magazine de référence en ce qui concerne le monde minier et les affaires en RDC, en Zambie et même en Afrique du Sud. Nous avons réuni des contributeurs prestigieux tels que Didier Julienne du journal “Les Échos”, Maria Malagardis du journal “Libération” ou Cecilia Jasmamie de Mining.com. Des expertises de professionnels, des partenaires comme les chambres des Mines, la FEC ou la chambre de commerce franco-congolaise, apporteront leur pierre à l’édifice. Mining & Business est l’allié des entreprises pour mieux accompagner le développement de l’Afrique en général et du Congo et de la Zambie en particulier. Ce magazine est aussi votre magazine, n’hésitez pas à nous contacter pour nous aider à enrichir son contenu:

[email protected]

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

Droit du sol: Trump interdit les visas pour le «tourisme de maternité»

Akili Consulting