Le gouvernement zambien s’apprête à autoriser les entreprises de la ville frontalière de Kasumbalesa à facturer leurs clients en dollars
Dans un entretien, le ministre des Finances Felix Mutati a déclaré qu’après son adoption, le texte législatif permettra aux négociants situés dans la zone frontalière entre la Zambie et la République démocratique du Congo (RDC) de réaliser des transactions en dollars afin de réduire les activités du marché des changes illégal ou parallèle.

Il est prévu que le gouvernement zambien introduira un texte législatif qui autorisera la conduite de transactions en dollars américains dans la ville frontalière de Kasumbalesa, en vue de réorienter vers le système officiel environ 40 000 dollars US provenant du marché noir.
Dans un entretien, le ministre des Finances Felix Mutati a déclaré qu’après son adoption, le texte législatif permettra aux négociants situés dans la zone frontalière entre la Zambie et la République démocratique du Congo (RDC) de réaliser des transactions en dollars afin de réduire les activités du marché des changes illégal ou parallèle. « Zambeef [Products] dispose d’un point de vente dans la ville frontalière de Kasumbalesa, et la difficulté est que, selon les termes de la loi actuelle, il est interdit d’effectuer des transactions en dollars, et les acheteurs issus de la RDC doivent donc changer leur argent sur le marché noir, où 30 000 à 40 000 dollars US sont vendus chaque jour », a-t-il indiqué. Les transactions qui se négocient au marché de Kasumbalesa peuvent atteindre des montants très importants, d’où la nécessité de s’assurer de faire passer les dollars du marché noir dans le système officiel. Cette mesure stimulera les ventes des entreprises zambiennes qui mènent leurs activités dans la région. M. Mutati a indiqué que cette mesure permettra également d’accroître les opérations de change qui sont réorientées vers le système officiel et qu’elle augmentera les recettes du pays. Il a déclaré que le marché de la RDC demeure l’un des plus grands en Zambie et que la facilitation des échanges permettra de garantir la poursuite de la croissance du marché.

Source : Lusakatimes.com

FacebookTwitterGoogle+

VOTRE REACTION?

Facebook Conversations



Disqus Conversations